Université pour tous de Bourgogne

Chalon-sur-Saône

La résistance aux antibiotiques : l’impasse thérapeutique ? .

Biologie - Médecine

  • Jeudi 26 Mars 2020
    14 h 30 16 h 00
  • Maison des syndicats
resistance pneumonie

Avec les vaccins et l’hygiène, les antibiotiques ont permis de faire régresser de façon spectaculaire la mortalité infantile par maladies infectieuses, ce qui explique un impressionnant allongement de l’espérance de vie qui est passée en un siècle de 50 ans à 80 ans en moyenne. Après une période optimiste entre 1945 et 1965, où les antibiotiques ont semblé triompher, on a vu apparaître quelques rares souches résistantes à la pénicilline et aux sulfamides, puis des épidémies hospitalières un peu partout dans le monde avec des bactéries résistantes à un ou à plusieurs antibiotiques. Cette résistance est due à des mutations du fait de la pression de sélection des antibiotiques, mais aussi des transferts génétiques entre les différentes espèces bactériennes. À partir des années 1980, on prend conscience que la résistance antibiotique peut devenir un problème majeur de santé publique, à l’origine de surmortalité en milieu hospitalier par infections nosocomiales. Par la suite, le phénomène de résistance s’est étendu non seulement aux bactéries hospitalières mais aussi aux bactéries responsables des infections communautaires. Aujourd’hui, on affronte des infections dues à des bactéries résistantes à de nombreux antibiotiques, voire à tous les antibiotiques. Les causes des résistances des bactéries pathogènes pour l’homme sont liées à un mésusage des antibiotiques : la surconsommation d’antibiotiques en médecine humaine, des prescriptions inappropriées, mais aussi leur utilisation en médecine vétérinaire et pour l’agriculture. Le phénomène de résistance aux antibiotiques est partiellement réversible par un usage maîtrisé des antibiotiques dont la consommation doit être réduite et ciblée en fonction des pathologies identifiées.